lundi 1 décembre 2014

LE PORTE DELL' INFERNO (1989)



Le scientifique Maurizio Fessner vient de battre le record de survie en profondeur en ayant passé plus de 70 jours dans une grotte située à une soixantaine de mètres de la surface. Alors que ses collègues s’apprêtent à le faire remonter pour fêter ça, Maurizio semble être soudainement pris de folie, affirmant être menacé par une entité diabolique. Perdant alors tout contact avec lui, ses amis décident de lui porter secours en emmenant avec eux un couple d'étudiants spécialisés en archéologie.
Une fois sur place ils découvrent dans une crypte une inscription murale parlant de sept moines disciples de Satan qui auraient été ensevelis en ces lieux et qui reviendraient tous les 700 ans trucider sept hérétiques. Comme cela fait tout juste sept siècles, les curetons maléfiques sortent de leur repos éternel et commencent à dézinguer notre petit groupe d'aventuriers du dimanche piégés dans les profondeurs de la terre.

                                           "Allo Maurizio ?
                                            Maurizio, tu m'entends ?  Comment ça se passe là en dessous ?
                                            On est un peu inquiet depuis que t'as réussi à capter NRJ Bouze sur un des moniteurs.
                                            On t'avait dit pourtant qu'il était interdit de regarder la télé."

                                             "Oui, je vous entends docteur.
                                              Vous aviez raison, depuis que j'ai regardé pendant 48 heures d'affilée les programmes
                                              de cette chaine je suis victime de sinistres hallucinations.
                                              J'ai peur docteur Jones."

                                                         "Calme-toi mon gros et dis-nous ce que tu as vu exactement."

                                                "Eh bien ça ressemblait à une espèce de succube immonde qui surgissait
                                                 des enfers pour essayer de me découper vif et..... attendez...
                                                 Oh mon dieu, ça recommence... la voilà..... aaaaaahhhhhhhhhhhhhh !!!!"

                             "Nan mais allo Maurizio. T'es spéléo et t'as peur du noir ?"

                                                           "Aaaaaaaaaaaahhhhhh ! Au secouuurrrs ! Docteur Jones !"

                                                   "- Que se passe-t-il ? Allo, non mais allo Maurizio ! 
                                                    - Ça y est elle s'est aussi emparée de votre esprit Docteur ! 
                                                      Aaaaaaaaaaaaaaahhhhhhh !!!!
                                                    - Nom de dieu, il a pété les plombs ! 
                                                     Ah saloperie de télé à la con, va falloir aller le chercher maintenant !"

Un an après "GHOSTHOUSE", UMBERTO LENZI entame une ultime série de films fantastiques qui va venir rythmer ses dernières années de metteur en scène. Estampillé "Lucio Fulci présente", LE PORTE DELL' INFERNO est le premier de ceux-ci et autant le dire tout de suite, pas forcément l'un des meilleurs. La faute en majeure partie au budget anémique alloué à LENZI pour la réalisation de son film.
Pas question de tourner dans des endroits tape-à-l'oeil aux décors onéreux, la quasi-intégralité du métrage se déroule dans un réseau de galeries souterraines qui ont du mal à faire illusion. Oubliez tout de suite le sentiment de claustrophobie que vous avez pu ressentir en visionnant le "DESCENT" de NEIL MARSHALL, la grotte où séjourne Maurizio, le dédale souterrain et la crypte où sont enterrés les moines revanchards ne procurent à aucun moment un quelconque sentiment de malaise.
On remarque assez rapidement que les mêmes galeries sont réutilisées à l’extrême afin de donner une impression de grandeur et tenter de nous persuader que les personnages sont perdus dans un véritable labyrinthe. Les jets de vapeur sortants du sol ou les geysers qui surgissent un peu n'importe quand viennent renforcer ce sentiment de "grotte en toc"; un genre d'effet très spécial que vous pouvez admirer tous les samedis soirs dans votre discothèque locale.

                                              " Bienvenue amis clubbers au Macumba Cave !
                                                Et on commence la soirée avec l'hymne de la boite signé Gérard Blanchard !!!
                                               ♪ Mon amour est parti avec le loup dans les grottes de Rocamadour ♫

Bref, tout semble fonctionner à l'économie et ça se voit; nous contraignant à assister impuissants aux interminables va-et-vient de nos héros dans le réseau souterrain, courant à droite, à gauche, prenant de la fumée en pleine tronche, évitant des rochers qui tombent régulièrement du plafond, se demandant d'où peut provenir tel ou tel bruit, cherchant une sortie....... oui, disons-le, on a un peu tendance à s'emmerder quand même.
Mais il ne faut pas oublier que le caractère instable des lieux ne constitue pas la menace principale du film, non, l'ennemi avec un grand E ce sont les sept moines diaboliques qui attendaient depuis des lustres l'arrivée d'éventuels hérétiques à massacrer.

                                   "- Mais dis-moi Umberto, pourquoi avoir appeler tes méchants curés "les moines noirs" ?
                                      Tu n'as pas peur que S.O.S RACISME nous tombe dessus ?
                                    - Ma no Luigi. Tou es peut-être prodoucteur mas tou n'y connais rien.
                                      Quand yé parle dé "moines noirs" c'est parce qué cé sont des hérétiques, capisci ?
                                    - Ouais mais S.O.S RACISME eux ils vont pas faire la relation.
                                    - Ma on a qu'à leur dire qué ce sont les robes dé nos courés qui sont noires.
                                    - Oui, comme n'importe quelle robe de curé d'ailleurs.
                                    - Ah merda, tou mé les brises Luigi."

                                            "- Bon, et commé ça, c'est bon, on va pas être emmerdé par S.O.S MACHIN ?
                                             - Ah non, pas là. Mais comment on va savoir maintenant que ce sont des moines ?
                                             - Très simplé mio caro Luigi.
                                               Régarde, y'ai conservé les sandales dans leur ténoue vestimentaire.
                                             - Ah oui."

Et quelle aubaine pour nos défroqués que l'arrivée de ce petit groupe d'abrutis.
Imaginez un peu, s'ils avaient tous été de bons chrétiens bien sages, les curetons zombies auraient eu du mal à les punir de leurs péchés;
il était donc nécessaire de leur donner du grain à moudre: des athées, des juifs et même des témoins de Jéhovah, voilà la composition de nos braves aventuriers.
On se demande d'ailleurs si LENZI n'a pas une dent contre les témoins de Jéhovah justement,  liquidant illico presto les deux représentants des cette religion et les ridiculisant à l’extrême quand ceux-ci tentent d’enrôler du monde alors qu'ils sont en train de faire de la spéléo.
Oh, et puis après tout, UMBERTO nous venge de tous ces casse-bonbons qui viennent régulièrement frapper à nos portes et ça c'est quand même appréciable.
Ne croyez pas toutefois que le réalisateur ne se moque de ses personnages qu'en fonction de leurs tendances religieuses: témoins de Jéhovah, juifs ou cathos, pas de différence, les moines noirs s'en foutent et tranchent dans le vif à grands coups de hache ou de couteaux.
Ce qui nous gratifie quand même de bons petits effets gore assez craspec que l'on croirait tout droit sortis d'un film de LUCIO FULCI : un œil gicle de son orbite (bonjour L'ENFER DES ZOMBIES), un crâne est fracassé en deux et..... et puis c'est tout... y'a plus de sous on vous dit !

                                                   "- Hé Paulo, tu m'entends là haut ?
                                                      Tu peux faire descendre ce machin suspendu que j'y jette un œil ?
                                                      Et vas-y mollo, okay ? 
                                                    - No problemo mon pote !"

                                                         "- C'est bon, c'est assez prêt comme ça binoclard ?
                                                          - Arrrghhh ! Un peu moins prêt ça aurait été mieux connard.
                                                          - Eh oh, tu voulais jeter un œil, t'es servi !"

Et quand y'a plus de thunes pour faire couler du sang, LENZI improvise en métamorphosant ses tueurs en araignées venimeuses qui prennent tout leur temps avant de dessouder leur proie dans une scène que l'on croirait tirée d'un épisode de DERRICK.
D'une lenteur hors norme, les bestioles avancent tranquillement en direction du pauvre Maurizio coincé sous une pierre, avancent..... avancent... avancent encore.... avancent.... grimpent sur la jambe de Maurizio...... avancent..... avancent.... avancent.... atteignent la cuisse... avancent..... av...zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz.....
Une scène insoutenable.
En résumé on a donc : pas de pognon, des décors minimalistes, du gore radin, des longueurs à gogo, des tueurs timides.......
Alors quel est l’intérêt de regarder ce film, digne représentant d'une époque ou le cinéma fantastique transalpin n'est plus que l'ombre de lui-même ?
Aucun me diront les cinéphiles actuels.
Mais quand on voit que ces derniers se sont rués dans les salles pour voir des purges comme "ANNABELLE", on se dit qu'ils feraient mieux de fermer leur gueule.
Le bis rital est un genre bien à part dont certains de ses représentants se doivent d'être visionnés avec un regard différent, voire carrément au dixième degré (ou plus); afin d'y chercher les multiples incohérences dans le seul but de se bidonner à défaut de flipper.
Une méthode qui permettra d'apprécier un tant soit peu ces "PORTES DE L'ENFER".
Et croyez-moi les incohérences il y en a à la pelle, suffit de voir les réactions débiles des protagonistes face au danger qui les menace.


Au lieu de rester ensemble pour mieux affronter le péril, ils passent leur temps à se séparer pour des motifs d'une futilité désarmante :
"Allez, il faut récupérer les cartes des souterrains qu'on a laissé dans la crypte", "Vite, allons chercher la trousse de secours qui se trouve à l'autre bout des souterrains", "Zut, j'ai oublié mon portefeuille dans la première grotte qu'on a traversé, bougez pas je reviens"...
De quoi faciliter le boulot de nos curés diaboliques qui eux aussi ne sont pas très logiques : pourquoi tuer un hérétique alors qu'on en est un soi-même ?
Sacrifier de jeunes vierges effarouchées ou des pèlerins pour Lourdes je veux bien mais là, avouez que c'est un peu tiré par les cheveux m'sieur LENZI !
Comment, cher UMBERTO ?
C'est normal, les persos sont des cons et ils méritent leur sort ?
Ah  bon, ben dans ce cas-là.....

                                                                              "Ho ! Barbara ! Tou m'entends ?
                                                                 Merda ! Son cervello s'est encore debranché !"

Il est vrai que le jeu des acteurs n'arrange guère les choses, le texte étant bien trop souvent au ras des pâquerettes.
Le comble c'est que certains d'entre eux ont quand même connu les heures de gloire du cinéma populaire italien, comme le vétéran GIACOMO ROSSI STUART (interprète du pénible docteur Jones) que l'on a pu apercevoir dans bon nombre de westerns, de péplums, de polizioteschi, de films de SF et qui a tourné pour des pointures comme SERGIO CORBUCCI, MARIO BAVA, RICCARDO FREDA ou ANTONIO MARGHERITI.
LE PORTE DELL'INFERNO sera son chant du cygne et le comédien tirera définitivement sa révérence cinq ans plus tard.
L’héroïne, Erna, est quant à elle interprétée par BARBARA CUPISTI, dont la carrière fût lancée à l'âge de 20 ans par le sublime "EVENTREUR DE NEW YORK" de LUCIO FULCI.
On la retrouvera ainsi en 1987 dans BLOODY BIRD de MICHELLE SOAVI, OPERA de DARIO ARGENTO et un peu plus tard dans deux autres chefs d’œuvre de SOAVI : "SANCTUAIRE" et "DELLAMORTE DELLAMORE".
Malgré un talent évident si l'on se fie à sa filmographie, le long métrage de LENZI ne lui rendra pas justice puisque son personnage est une pleurnicheuse pétocharde des plus insupportables.

                                                  "- Allo ! Allo ! Ici Paulo Spaghettialloscoglio ! 
                                                     On est coincé ici depuis dix jours et on a besoin d'aide !
                                                   - Chhrrikkttt.... je vous reçois... cchhhhhhh.. dites-moi ce qu'il vous faut...
                                                   - Hé, demande-lui de nous livrer trois pizzas quatre fromages, un fût de bière 
                                                     et le numéro de téléphone de ZE VOICE ITALIA.
                                                   - Quoi ? Mais vous êtes con ou quoi ?
                                                     Et pourquoi le numéro de ZE VOICE ?
                                                   - T'inquiète, je connais la personne idéale pour nous débarrasser des curés psychos."

                                                                                       "Ciao les spéléos !
                                                                           Bon, y sont où vos pères barjots ?
                                         M'en vais leur faire exploser le cerveau à grands coups de décibels ça va pas trainer !"

Le petit ami d'Erna, Paul, porte les traits de PIETRO GENUARDI, dont c'est ici le tout premier rôle.
Il trainera ses guêtres la même année dans le "PAGANINI HORROR" de LUIGI COZZI et dans le succulent "KILLER CROCODILE" de FABRIZIO DE ANGELIS.
Le reste du casting n'est pas mirobolant, même si l'interprète de Laura, ANDREA DAMIANO, dont ce sera la seule apparition à l'écran, est toute mimi.


En conclusion, en regard des dernières œuvres fantastiques d'UMBERTO LENZI, on préférera largement son "BLACK DEMONS" à ce triste "PORTE DELL' INFERNO"; mais comme ce dernier est inédit en France il serait dommage de ne pas y jeter un coup d’œil question de se marrer un peu entre potes.

Pour ceux qui désireraient se procurer le DVD, sachez qu'il existe une galette britannique sortie sous le titre de "HELL'S GATE" il y a déjà quelques temps chez EC et qui a la particularité de proposer des sous-titres français (parfois un peu trop approximatifs mais ça reste correct).


                                                                                       PICCOLO TRAILER



11 commentaires:

  1. Quel bon choix de programmation !

    D'autant plus que moi, qui l'avait découvert grâce à Sébastien Gonzales et son site, je l'ai beaucoup aimé !

    Certes, il y a des défauts, dus à la modicité du budget, mais j'opine pour ma part que ce film est très sympathique s'il est pris pour ce qu'il est ! En outre, il dégage un parfum de cette époque bis pour le moins révolue...

    J'ai bien aimé l'intrigue, le déroulement de l'action, et Lenzi s'est rudement bien débrouillé avec un grand professionnalisme !

    j'ai toujours regretté qu'un Charles Band, par exemple, ou une autre firme américaine de séries B, ne fassent pas appel à des ténors comme Lenzi, Caïano ou mieux Fulci pour des résultats qui auraient été à coup sûr intéressants !

    Bravo pour ce choix !

    RépondreSupprimer
  2. merci beaucoup oncle jack pour cet inédit que je ne connaissais pas. (je ne fréquentai pas l'antre de la m.....:).

    RépondreSupprimer
  3. excellent partage! film introuvable.... merci bcp! :))

    RépondreSupprimer
  4. Excellente chronique pour un film que je ne connaissais que de nom et de visuel! Je me suis d'ailleurs fait Black Demons (grâce à ce blog) qui n'est déjà pas parfait (rien de le dire!) donc si celui-ci est pire encore ahah! Faudra que je me le fasse, j'aime bien les moines zombies en général! Merci pour la découverte et pour les rires occasionnés par la lecture!

    RépondreSupprimer
  5. Merci à vous tous !
    Pas facile de dénicher de l'introuvable en ce moment mais j'ai encore quelques trucs bien gratinés sous le coude.
    Reste plus qu'à se mettre au taf pour les sous-titres (surtout quand il n'existe aucun time-code).

    RépondreSupprimer
  6. Les portes de l'enfer!!!!!
    wesh mec c'est une boite gay catho ?????^^
    Bah non gros ;c'est Una petit Filmo de Bava Jr avec des moines qui veulent pas aller se coucher sans manger.^^
    Bava sénior aussi dans "Ercole al centro della terra" à succombé aux charmes de "la grotte en vrai toc" tout comme Louis 2 Bavière et la sainte vierge.

    http://www.laurentvdbk.fr/article-l-eglise-n-d-de-lourdes-a-sotteville-la-grotte-47253272.html

    http://youtu.be/NlYOvIsTB98

    Les moines sans papiers ni palme ont surement été revendu par JP Mocky aux festival off de Cannes ......

    http://youtu.be/Nngc0EQ7dMA

    Et puis c'est d'un banal les bons films avec de braves réalisateurs issu du commerce équitable élevé à Disneyland ou les animaux même les femmes sont bien traitées et on le cul propre et aime la terre entière BEUUURRKKKKKK....
    "Un film fauché c'est toujours ça de gagner "
    Merci ?( je vais voir avant je pas complètement fou non plus^^;)



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouh pinaise, LITAN !
      J'avais presque réussi à l'oublier ce truc-là.

      Supprimer
    2. Sans oublier "un drôle de paroissien" :)
      Mocky un vrai pro fête^^

      http://youtu.be/p1m_WOZdKUU

      Supprimer
  7. CURIOUS movie pour une very GOOD chronique , ou l'art et la manière de faire du bon avec du pas bon !
    Et effectivement si a l’introuvable nul n'est tenu , toi tu t'y tiens bien !
    Toujours beaucoup de plaisir a lire et rire sur des titres improbables ...

    RépondreSupprimer