samedi 23 août 2014

LES GAULOISES BLONDES (1988)


Amateurs de nanars, accrochez-vous parce que là ça va envoyer du steak !
Et excusez-moi d'avance pour les innombrables horreurs que vous allez lire.

Tant qu'on a encore quelques neurones (chose qui n'est pas garantie après la lecture de ce post), jetons tout de suite un œil sur le scénario de ce machin.
Comment ça, y'a pas de scénario ?
Mais si, mais si, vous allez voir.

                                         "Hé, Géraaaaard ! T'endors pas, ça a pas encore commencé. Géraaaaaaaaarrd !!!!"

Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ.
Toute la Gaule est occupée par les Romains...
Toutes? Non ! Un petit village d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l'envahisseur...... heu, attendez..... ah merde, non ça c'est l'intro d'Astérix..... bon je recommence.

En l'an jesaisplustropcombien avant ou après J-C, alors que les romains ont la main sur la Gaule (déjà ça commence bien...), le petit village de Lutèce (future Paris pour les plus nuls en histoire) résiste tranquillement à l'envahisseur.
Enfin... disons que "résister" est un grand mot puisque les gaulois demeurés... heu, non pardon... demeurant à Lutèce, passent le plus clair de leur temps à s'engueuler pour des raisons politiques, à picoler comme des trous, à construire des trucs débiles et à forniquer comme des lapins.
Un reflet de la société actuelle en quelque sorte.
Il faut surtout préciser que dans ce petit village la gent féminine est particulièrement bien représentée : à l'exception d'une ou deux valkyries bien charpentées, toutes les femmes sont des bombasses blondasses au physique aguicheur.
La quiétude de la bourgade va bientôt être troublée par l'arrivée de l'envahisseur romain (en gros une dizaine de bonhommes) bien décidé à s'emparer des lieux.
Mais c'est sans compter sur nos vigoureuses gauloises qui vont rapidement prendre les choses en main.
Quelles choses, vous dites ? 
Ah non, mais vous êtes vraiment des gros dégueulasses !!!!
Heu... ah ben non, en fait vous avez raison c'est bien ça....

                                                                                  " Mais qu'est-ce que...?"

                        " Non mais vous avez vu ça, les gars ?
                          Ces crétins de gaulois sont même pas foutus de réaliser la formation dite de la tortue avec leurs boucliers.
                          Ah, je me marre... on va leur rentrer dedans vite fait bien fait, croyez-moi !"

                                              "Oooohhhh ouiiiii, rentrez-nous dedans, rentrez-nous dedans !!!!! Hi, hi, hi...."
 
                                                               " Que.... mais qu'est-ce que.... ha, les salauds !
                                                                 Restez groupés, les gars, restez groupés !"

                                                  "- Luttez, soldat, ne vous laissez pas posséder par cette vile femelle !
                                                   - Mais je lutte, centurion,  je lutte.....
                                                   - Sus au romain !!!!
                                                   - Oh oui, c'est ça, sus le romain...."

Inutile de vous faire un dessin, LES GAULOISES BLONDES, c'est le summum ultime du nanar à la française, un machin tellement pitoyable qu'on en vient inévitablement à se bidonner en le regardant.
Mais attention, ce n'est pas de rire qu'on se bidonne; non, c'est plutôt de consternation.
Réalisé par le pas très doué JEAN JABELY en 1988 (oui, oui, 1988, incroyable, non ? Encore 1971 ou 1976 je dis pas, mais 1988 ?!!!!), ce film se veut une adaptation paillarde de la BD ASTERIX mais sans l'humour et sans la baston qui caractérisent si bien les aventures du petit gaulois.
Ici, l'humour est au ras des pâquerettes, voire quasiment underground tellement les blagues foireuses, les calembours crétins et les gags nullissimes sont légion.
D'ailleurs la chanson qui nous fait saigner les tympans durant le générique d'intro ne nous prend pas au dépourvu et annonce la couleur d'entrée de jeu.
Regardez-moi ces délicieuses paroles :
" Gauloises bien roulées, sensuelles et sucrées, aussi blondes qu'un maïs.
  Poupées de Lutèce, c'est pas du latex, nos p'tits corps classés X.
  On taille des silex durs comme le sexe de Vercingétorix."
Je vous avais prévenus, c'est du costaud.

                                  "- Dites-donc, ma sœur, c'est vous qui chantez de telles vulgarités ?
                                   - Mais pas du tout, mon frère. Vous m'avez pris pour qui ? Je suis outrée.
                                   - Excusez-moi, ma sœur, loin de moi cette idée, continuez à vous frotter sensuellement la poitrine, 
                                     je ne vous dérangerai plus....

Le plus étrange, c'est de constater la présence de plusieurs artistes français plus que recommandables.
Tiens, d'ailleurs on va faire le tour de ces acteurs en parlant de leurs rôles respectifs :

BITURIX, le chef du village, clone idiot d'Abraracourcix, dont le seul but dans la vie est d'être réélu aux prochaines municipales est interprété par PIERRE TORNADE, vu dans un nombre incalculable de longs-métrages (allez voir sur wikipédia, ça ira plus vite).
Cocu puissance mille, il ne voit jamais son épouse BITUITE (SYLVAINE CHARLET), véritable chaudière ambulante, se taper tous les mâles qui passent à sa portée et ce même quand les cornes de son casque ont tendance à s'allonger.
Et ne parlons pas de sa fille qu'il croit encore vierge alors que cette dernière fricote ouvertement avec le play-boy pacifiste du village.

                                                      "Hé, toi là, Christophe Maé, t'aurais pas vu ma femme et ma fille ?"

                                            "- Allez, mon Panoramix d'amour, je sais que t'es un gros coquin.
                                               File-moi une de tes potions qui fait grimper aux rideaux.
                                             - Mais enfin, très chère, vous savez bien que vous êtes tombée dedans en étant petite.
                                               Bon, alors juste une goutte, hein.....hi, hi, hi."

                                                "- Mais... et si ton père nous surprend ?
                                                  - T'inquiète, il croit que je suis avec ma mère...
                                                  - Ah bon, dans ce cas-là..."

BITURIX a pour rival politique le rusé CUCHULAIN interprété par mister SHADOKS himself (entre autre) le grand ROGER CAREL.
CUCHURAIN est un inventeur qui aimerait bien que BITURIX dégage rapidos du village, jugeant ce dernier incompétent et complètement réfractaire au progrès.
Car pour ce sympathique bonhomme le progrès consiste grosso-modo à inventer le porte-jarretelles ou  le ballon de foot.... des trucs qui deviendront indispensables pour l'avenir en quelque sorte (hmmm...).


Dans le camp adverse on trouve GERARD HERNANDEZ (le Raymond de SCENES DE MENAGE pour les téléspectateurs les plus jeunes) dans le rôle du centurion APOLONUS SATURNUS JUNIUS CUNNILINGUS (?).
Doté d'un accent hésitant entre le portugais, l'italien et le pied-noir, ce brave soldat va très vite gouter et apprécier les pâtisseries gauloises.

                                                         " Avé, amies gauloises, je viens gouter vos grosses miches !"

On trouve également une sorcière interprétée par JACKIE SARDOU (pas de commentaires, s'il vous plait), un Panoramix pervers joué par ANDRE GAILLARD, un moine portant les traits de JEAN ROUGERIE, etc...
Du beau monde pour un résultat bien lamentable mais particulièrement succulent tant il est ringard.
A l'image de Lutèce, soi-disant future capitale de notre beau pays, qui se cantonne ici à quelques baraques en bois bien miteuses protégées par une ridicule palissade en bois dont on doute fortement de l'efficacité.
En gros, JABELY a dû tourner son film dans le champ d'un copain paysan et a fait un max d'économies sur les décors (en vérité le tournage a eu lieu en forêt de Chevreuse, pas loin de Rambouillet).

                                                              "Ça y est chérie, on est arrivé, je vois la tour Eiffel !"

95% du long-métrage se déroule dans ce village en question; inutile donc de compter sur un réel dépaysement si  vous habitez déjà en pleine cambrousse (jetez un œil par la fenêtre, il y a peut-être un romain à poil planqué derrière vos vaches).
Concernant l'intrigue en elle-même, eh bien.. comment dire... elle est tout bonnement inexistante.
On assiste médusés à un défilement de scènes plus ridicules les unes que les autres, le tout saupoudré d'une vulgarité à toute épreuve et de jeux de mots sortis tout droit de chez STEPHANE COLLARO.
La preuve en images avec ce meeting gaulois qui ferait passer les joutes de l'assemblée nationale pour du BENNY HILL.

                                     "Très chers amis, je vous ai réunis afin que vous me communiquiez  le ressenti que 
                                       vous avez vis à vis du film historique que nous interprétons en ce moment.
                                       Qui veut s'exprimer en premier ?"

                                                                                          "Moué, chef !"

                                                                " Ha, Pochetronix, très bien, vas-y, on t'écoute."


 
                                                "Bon, c'est vrai, tu as raison, on peut considérer cela comme de la merde.
                                                 Quelqu'un veut-il ajouter autre chose ?
                                                 Christophe Maé ?"


                                                 "Un gros étron même pas digne d'être diffusé sur NRJ Bouze ?
                                                   A ce point-là ?
                                                  Ma foi oui, tu as peut-être raison, Christophe."

Voilà en gros à quoi se résume ces GAULOISES BLONDES : des pets, des nichons, de la picole, du chichon qui rend idiot (comme dirait RENAUD), des p'tits culs qui galopent dans les bois, des romains crétins et des gaulois limite consanguins.
Quand on y regarde de plus près, on se dit qu'au final il n'y a aucun doute quant au fait que l'on descende bien de ces gugusses-là. Car finalement, un mec qui se lève pour prendre la parole et qui se contente de lâcher une grosse caisse, ça a toujours fait marrer le péquin moyen.

L'homme qu'il faut remercier pour avoir ressorti cette merveille du plus profond des abimes cinématographiques c'est ANACHO, qui nous a gracieusement offert un superbe DVD RIP.
Un grand merci à lui car un tel monument du nanar franchouillard se devait d'obtenir une seconde chance.
Perso, je me suis quand même pas mal amusé devant ce truc (mais comme vous le savez je suis légèrement maso), même si je conseille à tous ceux qui tenteront l'aventure une déconnexion du cerveau avant tout visionnage du chef d’œuvre en question.
Sinon, voilà un équivalent de la douleur que vous risquez d'éprouver :

                                                                                      SCRUUUUNNNCH !!!!
                                                                  " Au moins maintenant tu vas chanter juste !"

Lien DVD RIP :
http://estlhuu3us.1fichier.com/

MDP: VIVELAGAULE

Et si vous cherchez de vraies parodies paillardes d'ASTERIX, je vous conseillerais plutôt celles-ci :



Pour finir en beauté, le magnifique thème des GAULOISES BLONDES qui, une fois écouté, ne vous lâchera plus (Mouwahahahaha !!).



jeudi 14 août 2014

PAGANINI HORROR (1989)


Bon allez, les vacances sont torchées, il est temps de retourner au taf. Et pour reprendre tout en douceur quoi de mieux qu'un bon petit film made in Italia signé LUIGI COZZI ?

Kate, une chanteuse à succès (on se demande bien pourquoi d'ailleurs) subit les foudres de sa productrice qui l'accuse d'avoir pondu un nouveau titre complètement merdique, sombre plagiat du "You give love a bad name" de BON JOVI. Le batteur de l'artiste, désireux d'aider cette dernière, achète à un certain Mr. Pickett la partition originale d'un morceau écrit par le célèbre violoniste italien Nicolo Paganini, morceau qui est resté jusqu'à ce jour inconnu de tous, qui n'a jamais été joué par qui que ce soit et qui est rapidement adapté pour la chanson de Kate.
Jugeant le produit fini particulièrement satisfaisant, la chanteuse, son groupe et sa productrice engage un spécialiste du film d'horreur afin de réaliser un clip vidéo méga-flippant dans une vieille demeure vénitienne où Paganini lui-même aurait séjourné. Une légende affirme même que le violoniste y aurait passé un pacte avec le diable afin de s'assurer la gloire. Le fait de jouer la mélodie inédite dans ces lieux réveille alors une horrible malédiction qui va, petit à petit, occire toute cette joyeuse troupe.

                                                  "- C'est dans la boite, les filles !
                                                     Je vous garantie que votre clip et votre chanson vont en faire gerber plus d'un !
                                                   - Hi, hi, hi ! Gros flatteur, va !"

PAGANINI HORROR est l'un des derniers films du sympathique LUIGI COZZI, réalisateur de STARCRASH (un chef d’œuvre du space-opera... celui qui n'est pas d'accord avec moi peut changer de page tout de suite), de CONTAMINATION ou d'HERCULE (avec LOU FERRIGNO) qui tente une ultime fois de redonner un semblant de noblesse au cinéma de genre italien, lequel malheureusement vit alors ces dernières heures.
Tourné en seulement quatre semaines avec un budget riquiqui, le long-métrage fera l'objet de nombreuses critiques négatives et restera inédit en France. Alors pourquoi tant de haine envers cette œuvre ? Est-elle vraiment si lamentable que ça ?

                                      "- Bon, m'sieur PLEASENCE, allez soyez sympa, refilez-nous une partie votre cachet.
                                         Sans ça on n'arrivera jamais à payer les dernières bobines dont on a besoin.
                                       - Rien à foutre ! Z'avez qu'à réduire la durée de ce film débile et pis c'est tout !"

Le scénario à été écrit à deux mains (ou quatre si  l'on est ambidextre) par COZZI et par l'actrice DARIA NICOLODI, laquelle interprète ici Sylvia, la propriétaire de la demeure maudite. En lui-même le script reste assez intéressant, mêlant habilement musique classique et musique moderne, la première prenant ici le pas sur la seconde en s'occupant de trucider ceux qui en sont les représentants.
Dans la demeure de Paganini il n'y a pas de place pour le plagiat musical et encore moins quand on bidouille une partition pour violon pour l'inclure dans une chanson pop-rock niaise et sans saveur.
Le bon Nicolo, qui semble avoir fortement apprécié la prestation de KLAUS KINSKI dans le magnifique film portant son nom, vient dés lors rappeler à tous ces braillards qu'il ne faut pas déconner avec la musique d'un grand maestro italien. Déguisé façon Fantôme de l'opéra, il manie à merveille l'art du violon-poignard (?) et n'hésite pas à fracasser son instrument fétiche sur le crane de ceux qui sont venus le déranger à domicile.

                           "- Dites Miss Daria, vous croyez que votre ex-mari pourra me trouver un rôle dans son prochain giallo ?
                              Un mec qui tue à coups de violon dans la gueule ou dans le bide, ça va faire un carton, ça...
                            - Heu... vous avez pas dû voir les derniers films de Dario vous...."

Construit comme un véritable huis-clos, PAGANINI HORROR enferme ses héros dans une vieille bâtisse délabrée entourée par un mur invisible qui empêche quiconque de quitter les lieux sans être électrocuté. Et tandis que tout le monde essaie de trouver une issue, les meurtres s'enchainent parcimonieusement; nous proposant parfois de jolis effets gores : donzelle éventrée, greluche réduite en bouillie par une paroi transparente, blondasse ravagée par un mystérieux champignon qui la transforme en pizza humaine....


LUIGI COZZI, avec le peu d'argent qui lui est accordé, tente de faire plaisir au spectateur et ça se voit. Malheureusement cela ne suffit pas à sauver le film d'un certain ennui, lequel vient sournoisement s'installer après une bonne demi-heure.
Exemple type : les incessant allers et venues des survivantes dans les couloirs vides de la villa, qui deviennent au final particulièrement rasoirs et semblent ne jamais se terminer. Des survivantes qui, d'ailleurs, n'ont jamais dû regarder un film d'horreur de leur vie puisqu'elles s'obstinent en permanence à vouloir se séparer dés qu'elles entendent un bruit, désireuses vraisemblablement de mieux se faire dessouder en toute tranquillité. Malgré cela, la durée assez courte du film (moins de 1h20) met rapidement fin à ce calvaire.


Mais le véritable point noir de PAGANINI HORROR ce n'est pas son flagrant manque de rythme, ce sont surtout ses acteurs...
ou devrais-je dire ses actrices (excepté DARIA NICOLODI qui, bien que son personnage ne soit pas assez développé, parvient quand même à sauver les meubles).
L'erreur de COZZI fût de confier le rôle principal (celui de Kate) à la très moyenne (mais alors vraiment très très moyenne) JASMINE MAIMONE, déjà aperçue dans DEMONS (ze first) du copain LAMBERTO BAVA. Cette dernière semble avoir de sérieux problèmes à réciter son texte sans faire un maximum de grimaces, un peu comme si le fait d'articuler lui occasionnait des douleurs faciales.
Vous ne me croyez pas ?

                                              " Ftay the night, looze control, you wanagaine ouane more !
                                                Ftay ze night, oinamore, you and.... la la la ouane more !"

                                        " Non mais là, c'est plus possible, Kate !
                                          Qu'est-ce que c'est que cette merde ?!
                                          Ça veut rien dire ! On comprend que dalle et en plus tu bouffes les 3/4 des mots.
                                          Je veux bien que ton accident de skateboard t'ait laissé la tronche en vrac, mais quand même..."

                                                "Quoi ? Ze fois pas f'que tu... tu... feux dire !
                                                 Mon anguelais est.... est..... est impeccableuh ! Efpèfe de groffe poufffe !"

                                              "- Phhhhhhfrrrrrrrrrrttttttttttttttttt..... ptiou !
                                               - Hé, arrête tes conneries, mon chemisier ressemble à une serpillère avec tes postillons !"

                                           "- Aaaaghhh ! Craaache... ptiouu !!! Tiens je te crache à la gôle, moi, hé counasse !
                                            - Mais... mais enfin... tu es folle !"

                                                   "- Et puis... et.... zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz....
                                                    - Oh bon dieu, je sens que la journée va être longue avec cette barjo !"

 Ha ouais, je vous avais prévenu, ça envoie du gros....
Aussi charismatique que n'importe quelle dinde du dernier SECRET STORY, pas vraiment jolie (on aurait largement préféré l'une de ses deux musiciennes.... surtout la blonde avec sa tenue moulante rouge qui.... bon ok, je me calme...), et au jeu particulièrement exagéré, elle ne donne à aucun moment une quelconque once d’intérêt à son personnage. Notre seul désir : que Paganini s'occupe rapidos de son cas. Mais même ce dernier semble avoir peur de la demoiselle, c'est pour vous dire.
Faut dire que la soupe musicale dont elle nous abreuve à plusieurs reprises n'arrange pas les choses.

                                       " - Luana ! Daria ! Ça suffit maintenant !
                                           Vous arrêtez de vous foutre de la gueule de Jasmine ! Regardez comme elle est véxée !
                                         - Zzzzzzzzzzzzzzzzzz... gné ?"

                                                           " - Pfffff.... oui, désolé Maria, on le fera plus... pfff....
                                                             - Pffffffff.. hé.....hé....pffff...."

                                                "- PFFFFOUAHAHAHAHA.....désolée, scuse-moi, HA, HA, HA, HA !!!!!!
                                                 - OUAHAHAHAHAHA.....CRRRCRRRRHAHAHA, ouais scuse-nous...pffff...."

                                                 "- Bon, ras-le-bol ! 
                                                    On reprendra le tournage quand vous serez calmées.
                                                    Et toi, crétine, arrête de tirer la langue comme une abrutie !
                                                  - Gné ?"

D'ailleurs, JASMINE MAIMONE (ou MAIN c'est selon) ne figurera plus dans aucun autre film après celui-ci et ce n'est peut-être pas pour rien.Mais je dois malgré tout reconnaitre que je suis assez mauvaise langue sur ce coup-là puisque miss MAIMONE s'avérait avoir de grandes qualités dans le film de GABRIELE LAVIA"SCANDALEUSE GILDA" (1985). Dommage qu'elle n'ait pas gardé la même talent pour l’œuvre qui nous intéresse aujourd'hui (rassurez-vous, il n'y a rien de sexiste là-dedans, it's just a joke !)
Les autres filles du casting, bien qu'assez sexy, sont d'illustres inconnues et n'arrivent pas à la cheville de la charmante DARIA.
Il nous reste alors les deux mâles du lot : PASCAL PERSIANO dans le rôle de Daniel, celui par qui le malheur arrive, et que l'on aperçoit dans DEMONS 2 et dans VOCI DAL PROFONDO de LUCIO FULCI; et PIETRO GENUARDI (Mark le réal) un habitué des films de genre puisqu'en cette même année 1989 il cumulait les rôles dans  diverses productions italiennes du même acabit : KILLER CROCODILE,
LE PORTE DELL'INFERNO, etc... Des garçons finalement très sympathiques mais qui seront vite écartés de l'histoire.

                                               "Je sais pas qui c'est qu'a nettoyé les carreaux mais alors ils sont nickels.
                                                Au point que je croyais que la porte-fenêtre était restée ouverte....
                                                Ouille.... quelqu'un a un doliprane ?"

Et puis il y a les têtes d'affiche. Outre DARIA NICOLODI qu'il est inutile de présenter (voir la fiche sur LE FOTO DI GIOIA) on retrouve l'excellentissime DONALD PLEASENCE qui, avec un temps de présence très restreint, reste l'attraction principale du film; même si l'on sent qu'il est venu ici pour cachetonner un maximum, voire pour dilapider à lui tout seul une grosse partie du budget.

                                          " Moi, garder tout le budget du film ?
                                            Allons bon, une bonne partie du pognon a servi à nourrir les pigeons de la place Saint Marc.
                                            Je préfère leur filer du blé que des graines toutes moisies.... je les aime, moi, ces zoziaux..."

Mais son attitude joviale, sa bonne humeur particulièrement communicative et sa dégaine à la John Steed ne nous font qu'apprécier encore plus cet immense acteur.


Alors en résumé faut-il descendre en flamme ce PAGANINI HORROR ?
Surtout pas grand dieu ! Malgré tous les défauts du long métrage et les restrictions budgétaires qui vont avec, LUIGI COZZI, comme il l'a toujours fait, cherche à contenter au mieux les amateurs de films fantastiques transalpins que nous sommes, faisant preuve d'une générosité visible à chaque instant; soignant ces éclairages, utilisant au maximum la vieille baraque qu'on lui a refilé, contrebalançant l'aspect claustro de cette dernière avec de superbes décors vénitiens... Il tente même un petit twist final que personne n'aura vu venir.
Et puis il ne faudrait pas oublier l'affiche qui reste à coup sûr l'une des plus belles du cinéma fantastique.
Ni pire ni meilleur que les dernières productions horrifiques de la fin des années 80, PAGANINI HORROR aurait largement pu se frayer un chemin sur les étals de nos vidéo-clubs.
T'inquiète pas LUIGI, y'en a plein qui t'aiment de par chez nous.

Le lien ci-dessous vous permettra donc de visionner le film en question.
Il s'agit d'un DVD RIP en provenance de MY DUCK IS DEAD auquel j'ai ajouté, une fois n'est pas coutume, des sous-titres frenchy faits maison.
Bon film à tous !
Film : https://1fichier.com/?iwqfm8xjki