lundi 19 mai 2014

BLASTFIGHTER (1984)


Tiger Sharp, ex-super flic, sort de zonzon après avoir purgé une peine de 10 pour avoir abattu froidement l'assassin de son épouse et de son co-équipier. Soucieux de commencer une nouvelle vie loin des crapules de bas quartiers et autres bureaucrates véreux, il retourne dans son village natal, un petit patelin de montagne qui vit principalement de la chasse. Mais sur place il se heurte rapidement à une bande d'allumés de la gâchette qui ont transformé les bois environnants en stand de tir aux pigeons. Il se retrouve également à devoir gérer une fille qu'il n'a jamais connu et qui est venu rappeler au pauvre Sharp qu'il pourrait quand même assumer un tant soit peu son rôle de père. La situation va très vite dégénérer quand les chasseurs mongolos vont décider de s'en prendre à la jeune fille, métamorphosant du même coup l'ex-policier en véritable machine à tuer.

                                                 "Bronson ? Un rigolo ! Déjà qu'il a repompé ma moustache ce charlot...."

Tourné la même année que le génial Apocalypse dans l'Océan Rouge (oui, oui, génial), Blastfighter est le cinquième film réalisé par Lamberto Bava et assurément l'un de ses meilleurs. Surfant volontairement sur la vague post-Rambo, l'ami Lamberto concocte ce qui pourrait indéniablement passer pour l'un des ersatz les plus acceptables des aventures de l'ex-bidasse incarné par Stallone. Ici, Sly est remplacé par le très Terencehillien Michael Sopkiw, tout frais sorti du 2019 Après la Chute de New-York de Sergio Martino. Même s'il n'a connu qu'une très très brève carrière (seulement 4 films), il faut bien reconnaitre que cet acteur a su laissé son empreinte dans le cinéma bis transalpin et qu'aujourd'hui encore, alors qu'il a abandonné les plateaux de cinéma pour s'occuper de l'import de bouteille en verre spécial permettant de protéger certains produits pharmaceutiques de la lumière du soleil, son visage reste reconnaissable entre milles (du moins chez tous ceux qui se tapaient des VHS nanardesques à la pelle dans les 80's).
Dans Blastfighter tout comme dans 2019, il ne fait pas dans la dentelle le sieur Michael, et faut vraiment pas le faire chier. Écolo dans l'âme et ami des bêtes plus que des  humains, l'agent Sharp veut qu'on lui foute la paix et n'aime pas les petits branleurs qui viennent lui casser les bonbons quand il va acheter du lait pour le faon qu'il a recueilli après que des gros cons de chasseurs prétentieux aient froidement abattu sa mère (Ben oui, Tiger, il a détesté Bambi).
La preuve:

                                              "Feck ! 4 Dollars le carton de lait ! Ils se pignolent vraiment dans ce bled !"

                                                  "- Oh vas-y enc...., aboule ton lait !
                                                   - Hé, lâche-moi, ça coute un œil ce truc-là !"

                                                  "Par contre si tu veux, je peux te filer quelques pains si t'as la dalle....
                                                   Tiens, déguste !"

                                             "- Vindiou, on s'en fout de ton pain, on veut juste du lait pour notre p'tit frère !
                                              - Ah ouais, ben fallait le dire tout de suite.
                                                Si c'est pour aider un p'tit bouseux y'a pas de problème...."

                                                    "Tiens, attrape, et essaie de pas en perdre une goutte, l'péquenaud !"
                                                                                       SCHPLAAAFFFFFFFF !

C'est vrai qu'ils en tiennent une sacrée couche ces chasseurs du dimanche.
Élevés à la bière, imbus d'eux mêmes, canardant comme des malades les bestioles dans le seul but de s'amuser comme des crétins ou de se faire un max de pépètes, on les croirait sortis tous droits d'un sketch des Inconnus tant ils sont abrutis.
Il faut dire qu'un chinois sans scrupules leur propose un bon paquet de biftons pour toute carcasse ramenée, carcasse qui sera transformée en produits cosmétiques pour vieilles dindes ravalées de la façade et autres cachetons pour pervers pépères dont le Popol n'arrive plus à lever la tête. Et ça, Tiger Sharp il en veut pas dans son patelin.

                                           "- Hé Walter, on s'la trouve c'te gallinette cendrée ? J'ai l'canon en ébullition, moi !
                                            - Ouais, ben, calme-toi Billy ou tu vas encore tacher ton fute."

Le gros souci c'est que tous ces flingueurs en folie sont à la solde de Tom Baron, un vieil ami de Tiger.
Big Boss de la scierie du village, Tom est l'un des hommes les plus puissants du coin et à bien plus d'autorité que le shérif local; pas facile donc d'essayer de calmer les tensions. Et qui d'autre que le grand George Eastman (alias Luigi Montefiori) aurait pu interpréter cet individu ?
Cannibale psycho du sublime Anthropophagous de Joe D'Amato et Big Ape dans 2019 où il côtoyait déjà Michael Sopkiw, Eastman est ici égal à lui-même et en impose un maximum.


En plus de tous ces braves péquenauds, l'ancien policier va également avoir maille à partir avec sa fille Connie, interprétée par Valentina Forte (Amazonia La Jungle Blanche et Bodycount de Ruggero Deodato), laquelle tient absolument à gagner l'amour de son père, même si pour cela elle doit lui faire rentrer ça dans le crane à grands coups de fer à repasser.


Tout cela tournera au survival pur et dur après que la jeune fille ait manquée de se faire violer par le frangin de Tom Baron, lequel ne s'est pas privé de dessouder deux des amis de la donzelle (dont l'un est par ailleurs interprété par Michele Soavi).


Pourchassés par les chasseurs avides de sang frais qui tiennent à se débarrasser de tous les témoins gênants, Sharp et sa fille vont tenter de survivre par tous les moyens possibles. Mais quand Connie finira de façon tragique, son papa reprendra les armes dans le seul et unique but de zigouiller tous ses poursuivants (soit une bonne cinquantaine de blaireaux). Armé d'un fusil révolutionnaire qui balance tous types de munitions, Tiger fait un carnage dans les rangs des bouseux, explosant aussi bien les jeeps que les corps humains.

                                            " Beuh... moi j'aime bien sortir mon gros engin pour m'éclater avec mes potos."

                                                                    "Quelle marrade quand on va à la chasse !
                       Même si y'a dés fois des balles perdues qui finissent dans les bagnoles, on s'éclate comme des gosses !"

                                 "Mais comme d'hab, y'a toujours des mauvais joueurs qui râlent parce qu'ils ont perdu un œil 
                                  ou un bras durant la partie, mais bon.... c'est pas ma faute si y ressemblent à des gorets !
                                  Et qu'ils se plaignent pas trop, cette fois-ci on n'a flingué aucun des chiens de chasse....
                                  Bon allez, c'est l'heure du ricard...."

Pour ceux qui en douteraient encore, il est important de bien débrancher son cerveau afin d'apprécier ce film à sa juste valeur.
On est ici dans le gros bourrinage à base de grosses pétoires qui font voler les quidams en éclats et d'explosions en tous genre; ça pète, ça charcle et on se surprend même à en redemander tellement on jubile pendant que Tiger Sharp met une bonne branlée à toute cette tripotée d'abrutis. Pourtant, au milieu de tout ce carnage (gentillet quand même le carnage, faudrait quand même pas trop exagérer) on aurait aimé que la jolie Connie s'en sorte et coule des jours paisibles au coté de son père, lequel après avoir vu mourir sa femme et passé 10 ans en taule, méritait quand même bien qu'on le laisse tranquille. Si cela avait été le cas y'aurait pas eu de film, mais bon, mine de rien, c'est qu'on s'attacherait presque au perso interprété par Michael Sopkiw; comme quoi Lamberto Bava n'est pas si mauvais que ça (quelqu'un en douterait-il encore ?).


Personnellement, j'affectionne tout particulièrement ce film. Avec ses acteurs charismatiques (ou pas c'est selon), son action quasi omniprésente, sa musique typiquement eighties signée Fabio Frizzi (L'enfer des Zombies, Frayeurs) et son scénario signé par le grand maitre Dardano Sacchetti (à l'origine des scripts de presque tous les films fantastiques de Fulci, Bava JR.), Blastfighter est assurément l'un des fleurons du "copié-collé"  à la sauce ritale, une savoureuse série B dont seuls les italiens ont le secret.


A gauche, l'affiche originale du film, peu conforme à l’œuvre elle-même.


A droite une copie brésilienne de cette même affiche qui servira pour le dernier film tourné par Michael Sopkiw : Massacre dans la Vallée des Dinosaures.


Dans les deux cas, difficile de trouver une quelconque ressemblance entre le cow-boy présent au premier plan et Sopkiw.


24 commentaires:

  1. Génial ce repack !

    Comptant parmi les derniers grands feux du cinéma bis italien qui partait encore à l'assaut des salles françaises, Blastfighter était d'abord un projet de Lucio Fulci devant initialement se dérouler dans un univers post-apocalyptique. selon certaines sources, Fulci tergiversa pour un autre projet et perdit, finalement, les deux. Cela causa d'ailleurs sa brouille définitive avec Dardano Sachetti...

    Mais le producteur aimait ce titre et il commanda à Sachetti un récit d'un autre type, démarquant allégrement Rambo, premier du nom. A ce titre, sachant que le premier Rambo fut proposé à Terence Hill (hé...oui !), c'est judicieux de retrouver Michael Spokiw dans ce film rythmé, intéressant et même explosif vers la fin.
    De la bonne série bis italien qu'il convient de considérer comme tel.

    Un petit bémol toutefois : l'actrice qui joue la fille du héros ne parait guère plus âgée que lui...Il aurait mieux valu qu'elle fut son épouse.

    Il me semble, cher Oncle Jack, qu'il circule une interview en anglaise sur le net de Michael Spokiw qui est assez savoureuse. Toi qui semble bien maitriser l'anglais, elle devrait te plaire...

    Tinterora

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour l'interview en question, on peut la trouver ici : http://archive.today/KY6I1.
      Elle est assez complète et revient sur l'intégralité de la carrière cinématographique de SOPKIW.
      Malgré ce qu'en disent certains sur la toile, je ne la trouve pas si corsée que ça.
      Ses principales critiques allant surtout vers le cinéma américain qui n'apprécie pas vraiment ce que les italiens faisaient de leur coté. Une des raisons qui a fait que, après le tournage de MASSACRE DANS LA VALLEE DES DINOSAURES et alors qu'il était retourné aux States, SOPKIW ne s'est vu proposer aucun rôle par les ricains.
      Après de nombreux mois à attendre une offre, il a tout bonnement laissé tomber le rôle d'acteur, quelque peu dégouté.
      D'un autre coté il affirme avoir gardé un excellent souvenir de tous les metteurs en scène italiens avec lesquels il a bossé.

      Concernant BLASTFIGHTER, tu as raison, l'actrice qui joue sa fille aurait pu aisément être son épouse.
      D'ailleurs pour justifier cela, il y a un passage où elle dit à SHARP qu'il est bien conservé et qu'il fait beaucoup plus jeune que son âge.... comme quoi même le réalisateur s'était aperçu de cette incohérence.

      Supprimer
    2. Cela sous-entendrait que les films sont écrits ou arrangés au jour le jour !

      Un autre point encore...La musique est vraisemblablement celle de Fabio Frizzi, elle fut notamment réemployée dans Massacre dans la vallée des dinosaures, car il s'agissait des mêmes producteurs !
      Ceci écrit, elle est pour le moins efficace !

      Tinterora

      Supprimer
    3. Bonjour ! 1ère visite sur le blog et WOW.... pas mal de petits trésors (ROM !)... Félicitations pour le contenu !
      Petite Question : c'est un DVDRIP en VOST c'est bien ça ? Il existe un avi VHSRIP en VF pour un éventuel repack (à moins que je me gourje ?).

      JP

      Supprimer
    4. Oui c'est bien un DVD RIP italien avec sous-titres français.
      Il doit surement exister quelque part un VHS RIP en français mais je ne sais pas du tout où il pourrait se trouver.
      Par contre si quelqu'un l'a sous la main et désire faire un repack je peux lui fournir sans problème le DVD RIP sans sous-titres.

      Supprimer
    5. Je l'ai et je peux l'uploader si tu veux...

      JP

      Supprimer
    6. Génial, merci à toi.
      Il ne nous reste donc plus qu'à trouver quelqu'un pour nous faire le repack.
      Qui est volontaire ?
      (JP je te ferai signe pour uploader le film dés que quelqu'un se sera manifesté).

      Supprimer
    7. Ça fait environ 4 ans que je n'en ai pas fait (depuis avant qu'on appelle ça un Repack !) et je suis donc un peu rouillé. S'il n'y a personne je pourrai essayer de m'y (re)mettre - ils disent que c'est comme la bicyclette il me semble.... Mais je préfèrerais un pro :)

      JP

      Supprimer
  2. Merci de nous faire accéder à cette "chose" improbable (comme on dit), dans de bonnes conditions d'image... Et félicitations pour la traduction ! (Pas encore vu mais je te fais confiance).

    RépondreSupprimer
  3. merci pour cette pépite!!

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais pas pourquoi, mais moi qui me suis tapé à l'époque de la VHS en location avec caution un paquet de nanars, de bis et de z, je m'étais toujours méfié de ce Blastfighter et j'avais refusé de le visionner, et je n'ai jamais changé d'avis jusqu'alors. La jaquette était sans doute trop puissante, le titre trop parfait, mon instinct me disait non, il y a un je ne sais quoi qui sent l'arnaque. Et là, hop, mis en confiance par la programmation d'ici habituellement de qualité et les commentaires toujours avisés, et sûrement dans un instant de faiblesse, je me laisse tenter. Et là, c'est la claque! Oncle Jack, je tiens à vous remercier doublement : 1°) d'abord, vous m'avez offert l'occasion de vérifier que mon instinct de jeunesse ne m'avait pas trahi, je n'ai donc pas perdu 40 ans de ma vie en étant passé à côté de quelque chose, ce film est une authentique bouse de compétition....... 2°) je partage votre avis et reprends votre commentaire mot pour mot : ce film est est assurément l'un des fleurons du "copié-collé", il mérite donc d'être vu, et même revu, car il est manifeste qu'un seul visionnage ne suffit pas pour se rendre compte de l'ampleur du phénomène. La musique, les acteurs, la réalisation, le scénario, les dialogues, etc. C'est un vrai sans faute. Le genre de film que le temps a bonifié. Merci merci.

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci pour ce film qui à l'air de bien défourailler!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Uncle Jack, aurais-tu les sous-titres disponibles ? Merci par avance, Askel.

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir, et merci pour le partage de ce tres introuvable film, par contre le lien est mort, possible un réup, SVP SVP SVP...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème. Je vois ça dés que possible.

      Supprimer
    2. Okay, c'est bon. Le lien a été mis à jour.

      Supprimer
    3. Je ne trouve pas le lien qui a été mis à jour, le lien 1fichier plus-haut est toujours mort...

      Supprimer
    4. Effectivement il y avait un petit bug. Cette fois c'est bon, tout fonctionne.

      Supprimer
    5. je confirme, tout fonctionne, merci encore pour ce film et la mise à jour rapide...

      Supprimer
    6. Et il n'y a pas de nouvelle pour la BS française de ce film car si vous voulez j'ai un 1080p de ce film mais uniquement en VO.... Une Bs vf repacké sur ce 1080p serait au top

      Supprimer
  8. bjr a tous, uncle jack, un ptit reup de ce film serait tres sympa, merci du retour..

    RépondreSupprimer
  9. Salut Unkle ;)
    J'avais récupéré ta version à l'époque. Si tu veux, je peux la upper, je l'ai à portée de main.
    Par contre, as-tu encore ton srt pour ce film? ça m'éviterais de le refaire pour une version HD que j'ai décidé de faire.
    Merci pour ta réponse et à bientôt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Jorgrinch. J'ai encore le film sous la main, il faudra que je le réuploade à l'occase.
      Pour les srt pas de problème, je te les filerai la semaine prochaine (je suis absent jusqu'à lundi). Si tu vois que je traine n'hésite pas à me relancer.
      A plus !

      Supprimer
    2. Avec un peu de retard je te refile les sous-titres de Blastfighter que tu m'avais demandé (réalisé à partir de la version italienne).
      https://1fichier.com/?pj37xq9wxq

      Supprimer