vendredi 19 juillet 2013

SUMMER BREAK


Vacances obligent, une petite pause s'impose.
Retour dans un petit mois avec de nouveaux curious goods à vous proposer, le temps de bosser aussi sur de nouveaux sous-titres.
A partir de la rentrée : des pantins hargneux en paquet de 11, des toiles de maître qui sentent le boudin, un magicien amateur de viande rouge, un vampire roumain adepte de la pleine lune, un requin chagrin transalpin, des démons noirs qui parlent avec les mains et quelques babioles achetées chez tonton VENDREDI ( ouh là, ça fait du boulot tout ça....).

En attendant, bonnes vacances à tous !

mercredi 17 juillet 2013

FRIDAY THE 13TH THE SERIES SAISON 1


En 1987, Frank Mancuso JR, producteur américain de plusieurs volets de la saga cinématographique Vendredi 13 (celle avec Tonton Jason, alias le régulateur fou du taux de natalité US), décide de lancer une toute nouvelle série fantastique appelée "The 13th Hour". Jugeant que le titre de Friday The 13th présentait un aspect plus commercial et plus attractif auprès du public, Mancuso renomma son show alors que le synopsis de ce dernier n'entretenait absolument aucune relation avec les aventures sanglantes du hockeyeur de Crystal Lake.
Le sujet est très simple: deux cousin éloignés Ryan Dallion  (l'excellent John D.Le May) et Micki Foster (la magnifique Louise Robey) héritent d'un vieux magasin d'antiquités tenu auparavant par leur défunt Oncle Lewis. Désirant se débarrasser rapidement de la boutique et de tout ce qu'elle contient, ils commencent a vendre la marchandise restante.

" On va s'en mettre plein les fouilles en refourguant ces babioles, ma belle ! "

C'est une fois qu'ils ont bien fait le ménage dans le commerce qu'ils font la connaissance de Jack Marshak (Chris Wiggins), ancien magicien et expert en surnaturel qui fournissait régulièrement Lewis Vendredi en toutes sortes d'objets récupérés aux quatre coins du globe. Sachant que Lewis traficotait plus ou moins avec certaines puissances démoniaques, son ex-collaborateur découvre que ce dernier a en fait passé un pacte avec le diable: en échange de l'immortalité un sort a été jeté sur les antiquités du magasin. Dés lors toute personne qui entre en possession d'un de ces objets est en mesure de voir ses désirs exaucés, et ce en échange de quelques sacrifices humains (permettant ainsi au méchant cornu de glaner quelques âmes au passage). Chaque babiole possède ainsi un pouvoir qui lui est propre et qui est susceptible de donner à son propriétaire une puissance phénoménale à condition bien entendu que ce dernier ne s'en serve pas pour faire le bien autour de lui. Ecoeuré d'avoir lâché sur le monde autant de saloperies diaboliques, Lewis aurait voulu briser le pacte, ce qui n'a certes pas arrangé les choses : le vieil homme séjourne désormais en enfer et ses antiquités sont toujours maudites, Satan ayant toujours le dernier mot.


Nos trois héros vont alors se lancer dans une course contre la montre pour récupérer non seulement les objets dont ils se sont débarrassés mais aussi ceux vendus par Lewis, lequel a enregistré toutes ses ventes dans un énorme registre (le Manifest en vo) et autant dire que la tâche est des plus ardue. Une fois enlevée des mains de son nouvel acquéreur toute antiquité diabolique devra être remisée dans l' immense chambre forte (The Vault en vo) située dans le sous-sol de la boutique, seul endroit en mesure de contenir le pouvoir destructeur de ces bibelots.

" Ha, ha, ha, comme je vous ai bien roulés bande de vautours !!!"
Lewis Vendredi

Quelques petits exemples d'objets maléfiques à retrouver :
- Un scalpel ayant appartenu à Jack l'éventreur.
- Une corne de brume dont l'utilisation permet d'invoquer le fantôme d'un pirate sanguinaire.
- Une tasse à thé qui assure la jeunesse éternelle.
- Une pièce en argent qui permet de ressusciter les morts.
- Une montre qui arrête le temps.
- Un fauteuil roulant assurant une guérison miraculeuse. Etc....
Bien entendu chaque utilisation d'un de ces objets entraine inévitablement la mort d'une personne et les cadavres vont s'empiler allègrement avant que Ryan et Micki ne parviennent (ou pas) à retrouver l'antiquité maudite.

" Oh comme elle est jolie la poupée, .... 
Aïe !! Bordel !!! Elle m'a arraché un doigt cette saloperie !!! "

Pendant 72 épisodes les héros vont en voir des vertes et des pas mûres afin de récupérer tout ce fatras. Devenus les nouveaux gérants de la boutique "Vendredi Antiques" qu'ils ont renommée "Curious Goods", ils décident de se servir de de celle-ci comme façade afin d'entrer en contact avec les clients qui ont pu un jour y mettre les pieds, histoire de pouvoir glaner quelques infos qui leur permettraient de localiser des babioles. Inutile de dire qu'ils vont voir leur vie entièrement chamboulée et perdre bon nombre de leurs amis et parents au cours de l'aventure. Ils voyageront même à plusieurs reprises dans le temps, que ce soit au 19ème siècle, durant la guerre civile, dans les années 50 ou à l'époque du Marquis de Sade. De plus la quantité importante d'antiquités et la malédiction qui découle de chacune d'elles permet d'aborder la quasi totalité du bestiaire fantastique: vampires, loups-garous, sorcières, démons, zombies, jouets tueurs, etc... 


Hormis l'aspect purement horrifique avec son lot hebdomadaire de meurtres à la pelle ou de créatures monstrueuses, l'un des principal atout de la série réside dans son casting aux petits oignons. Que ce soit John D.LeMay, Louise Robey ou Chris Wiggins, tous interprètent des personnages auxquels on s'attache rapidement. Ryan est un éternel adolescent, fan de comics et de musique rock, et qui prend toujours la vie du bon coté même dans les pires situations. Sa bonne humeur permanente cache pourtant de terribles blessures dues à la mort de son jeune frère dont il se sent responsable et à l'abandon d'une mère qu'il a peu connue. Le brusque changement de vie qui va lui tomber sur le coin de la figure va peu à peu le faire murir et lui permettre d'exorciser ses démons. La rouquine Micki, elle, était sur le point d'épouser son fiancé Roy, petit avocat prétentieux et arrogant qui ne méritait vraiment pas la jeune femme. Égoïste et autoritaire, sa personnalité connaitra de profonds bouleversements au contact de son cousin et du vieux Jack Marshak. Ce dernier représente en quelque sorte la figure paternelle du trio. Plus âgé, plus expérimenté, très cultivé et prenant la tâche qu'on lui confie très au sérieux, il est l'élément  indispensable qui permettra à Ryan et Micki de retrouver les antiquités maudites. Lui aussi cache de sombres secrets qui seront révélés tout au long de la série. Pour la troisième et dernière saison Ryan sera remplacé par un personnage introduit l'année précédente : Johnny Ventura, interprété par Steven Monarque. Plus téméraire mais aussi plus naïf que son prédécesseur il commettra pas mal de bourdes et n'hésitera pas à utiliser lui-même certains des objets maudits. Mais nous en reparlerons en temps voulu.

Le casting de la saison 3

La série se terminera en 1990 malgré un succès évident.  La diffusion de la première saison en deuxième partie de soirée sera modifiée dés la seconde année suite à des résultats plus que satisfaisants niveau audience. Les deux autres saisons seront donc programmées en primetime. Mais l'annulation d'un autre show produit par Mancuso JR (War Of The Worlds, on en reparlera..) et tourné dans les mêmes studios que Friday The 13Th entrainera la fermeture définitive de la boutique Curious Goods au grand désarroi de ses fans.


La qualité indéniable du show fait que ce dernier est très régulièrement rediffusé sur les chaines américaines. En France, seuls les épisodes de la première saison ont été visibles en deuxième partie de soirée sur la défunte 5 (1989) dans un ordre assez aléatoire. L'épisode avec le scalpel ayant  même été interrompu pendant plus de 2 heures (je m'en souviens, j'étais devant mon écran...) par la diffusion en direct de l'affaire Ceaucescu. Ce dernier devait surement être lui aussi un ancien client d' Oncle Lewis. En 1995, nos amis de TF1 ( amis n'est peut-être pas le bon terme ) ont rediffusé la série en troisième ou quatrième partie de soirée (en gros quand ne passe plus que des trucs comme Chasse et Pêche), semblant vouloir très probablement toucher un public d'insomniaques. Pour l'occasion elle sera rebaptisée " L’entrepôt Du Diable " ( du grand art.....).
Bref  Friday The 13th reste quasiment inconnue dans nos vertes contrées et il est temps de corriger cela. C'est donc dans cette optique que je me suis lancé dans la traduction des 72 épisodes, espérant vous faire découvrir ou redécouvrir ce qui reste pour moi "la" meilleure série des années 80.
Vous trouverez donc ci-dessous les liens des épisodes en version originale avec des sous-titres réalisés par mes soins (ça vaut ce que ça vaut mais c'est mieux que rien...) et j'espère que vous aussi vous apprécierez à leur juste valeur les aventures diaboliques de ce trio d'antiquaires.

Pour terminer je passe un petit coucou à la belle Robey qui nous lira  peut-être de chez elle, dans le sud de la France.


 SAISON  1 :

                                       - Episode 1 : The Inheritance.                                       

- Episode 2 : The Poison Pen.

- Episode 3 : Cupid's Quiver

- Episode 4 : A Cup of Time

- Episode 5 : Hellowe'en

- Episode 6 : The Great Montarro

- Episode 7 : Doctor Jack
https://1fichier.com/?gs12rs03ne

- Episode 8 : Shadowboxer

- Episode 9 : Root Of All Evil

- Episode 10 : Tales of the Undead

- Episode 11 : Scarecrow

- Episode 12 : Faith Healer

- Episode 13 : The Baron's Bride

- Episode 14 : Bedazzled

- Episode 15 : Vanity's mirror

- Episode 16 : Tatoo

- Episode 17 : The Electrocutionner

- Episode 18 : Brain Drain

- Episode 19 : The Quilt of Hathor

- Episode 20 : The Quilt of Hathor part.2 : The Awakening

- Episode 21 : Double Exposure

- Episode 22 : Pirate's Promise

- Episode 23 : Badge of Honor

- Episode 24 : Pipe Dream

- Episode 25 : What a Mother Woudn't Do

- Episode 26 : Bottle of Dreams


video

mardi 2 juillet 2013

ROM


Juin 1981.
Du haut de mes six ans et demi je pénètre en compagnie de mes parents dans la petite maison de la presse de mon quartier.
Alors que je furette dans le rayon jeunesse je tombe sur un petit magazine en couleur dont la couverture attire immédiatement mon oeil.
Un super-héros en combinaison rouge se fritte avec un autre individu travesti, ce dernier étant vautré au milieu d'une piste de bowling.
J'ouvre la revue, je feuillette et immédiatement je rackette Maman afin de lui soutirer les 5,50 francs qui me permettront d'acquérir l'objet.
L'affaire étant rapidement dans le sac (merci maman, grâce à toi je suis accro aux comics !), je m'enferme dans ma chambre pour dévorer comme il se doit ce magnifique STRANGE n° 138.
Je découvre ainsi les aventures de DAREDEVIL ( le mec en rouge de la couv'), d' IRON MAN ( ah les superbes dessins de ROMITA JR ), de SPIDER-MAN ( l'ARAIGNEE comme on l'appelait à l'époque ) et d'un étrange robot extra-terrestre nommé ROM.
Ce dernier, dans un piteux état, y affronte des créatures cauchemardesques qui lui donnent pas mal de fil à retordre : les SPECTRES NOIRS. Des quatre titres présents dans ce STRANGE, ROM est celui qui attire le plus mon attention.
Le héros est en pleine détresse et fait de son mieux pour se debarasser de ses ennemis, lesquels parfaitement organisés et capables de prendre forme humaine se débarassent impitoyablement des géneurs à l'aide de tout un bestiaire monstrueux. Du tout bon pour un bambin avide de sensations fortes.


Rom est natif de la planète GALADOR, dont le peuple est menacé par l'armada des SPECTRES NOIRS ( DIRE WRAITHS en Vo ), des métamorphes pratiquant la sorcellerie . Rom, d'apparence humaine, accepte d'être transformé en cyborg, afin de combattre plus efficacement cette menace, tout en sachant qu'il pourra retrouver son corps de chair une fois la lutte terminée.
Après que GALADOR ait repoussé avec succès les Spectres, ces derniers se répandent dans la galaxie. Une partie d'entre eux s'installe sur Terre. ROM se lance à leur poursuite et ne tarde pas à arriver sur notre planète ou il est immédiatement pris pour un envahisseur.
Pendant ce temps-là, ses ennemis se sont infiltrés dans diverses branches du  gouvernement et de la défense américaine et mettent tout en oeuvre pour empêcher le Galadorien de les exiler dans une dimension parallèle nommée LIMBES.

Au fil des ans j'achète donc régulièrement mon STRANGE mensuel pour savoir si, finalement, ROM parviendra à liquider ces saloperies de SPECTRES NOIRS.

                                                                   De nombreux héros MARVEL croiseront la route du cyborg : 
                                                                                                     les X-MEN, le DR STRANGE, NAMOR, etc..

Mais en Octobre 1984 le numéro 178 me réserve une amère surprise : à partir du mois suivant le titre ROM ne paraitra plus dans le magazine STRANGE.
Les raisons balancées par l'éditeur LUG au bas de la dernière page de l'épisode du 178 : " Dans les prochains épisodes, ROM évolue vers l'horreur. Nous interrompons donc la publication de cette série provisoirement, nous l'espérons. De toute façon, c'est dans NOVA que vous la retrouverez par la suite.. ".
Tout naïf que je suis je guette avec impatience l'arrivée de mon héros dans NOVA , petit frère de STRANGE.
Cela ne viendra jamais  : " Mon éditeur préféré se serait-il foutu de ma gu.... ?! ".
La réponse est oui et ROM, à l'exception d'un passage éclair dans un album des X-MEN ( le n° 11 ) et dans deux numéros du mensuel SPIDEY ( 46 et 47 ), ne réapparaitra jamais en France.

                                                             " Damned ! Après m'être cassé le c . . à repousser les Spectres Noirs,
                                                                                        ces enfoirés de chez LUG ont réussi à me mettre out.... argh ! "

Plus de 20 ans après, grâce au net je découvre enfin les derniers numéros en Vo et les dessous de l'affaire me sont révélées.
A l'origine ROM THE SPACEKNIGHT ( Le chevalier de l'espace ) est un jouet crée en 1979 par l'entreprise PARKER. Cette dernière pensant booster ses ventes, cède une licence à MARVEL COMICS. Ces derniers sortent ainsi un comics mené de main de maître par le scénariste BILL MANTLO et dessiné par SAL BUSCEMA.
Même si le jouet n'eut pas le succès escompté, le comics continuera à sortir jusqu'en 1986 et connaitra une belle conclusion avec le numero 75.


Alors pourquoi les éditeurs français ont-il décidé de stopper la publication du titre avec le numero 46 ?
Tout simplement parce qu'à partir du 47 les SPECTRES NOIRS changent de look. 
De créatures brumeuses et métamorphes elle deviennent alors des espèces de grosses limaces roses dont la langue perfore les crânes de leurs victimes afin d'absorber leur personnalité et leurs souvenirs.


                                                                    "Aaaaaahhh, au secours Lug, c'est trop horriiiiiiiiiiible !!!!!!"


Voilà ce que LUG entendait à l'époque par " ROM sombre dans l'horreur", alors que quelques années auparavant dans les X-MEN publiés dans SPECIAL STRANGE le vilain PROTEUS consumait des corps humains tranquilos, laissant ces derniers dans un état de décomposition très avancée ( Lug a dut publié çà sans avoir jeté un oeil  à ces épisodes; c'est pas possible ...).

Les pauvres fans de comics français ne connaitront donc jamais le dénouement de cette série dont la qualité n'a certainement rien à envier à certains titres actuels. 
Sal Buscema est au sommet de son art , même si certains de ces détracteurs diront le contraire ( surement des fans de LIEFELD ). 
Et lorsqu'il quitte la série, c'est au grand STEVE DITKO himself qu'il revient de clore la saga des chevaliers de l'espace. 



Et pas question d'espérer un éventuel OMNIBUS ou un quelconque ESSENTIAL, la société PARKER ayant récupéré l'ensemble des droits concernant le personnage, il est désormais impossible à MARVEL de republier cette série.

Alors, pour tous ceux qui désirent tenter l'aventure en compagnie du rutilant chevalier de l'espace je ne peux que conseiller l'adresse suivante, lieux enchanteurs où le tenancier à pris le pari de traduire intégralement les numéros de ROM. Un grand merci à lui !

http://passioncomics.blogspot.fr/

Et jetez un œil sur le numéro 3 de METALUNA sorti le mois dernier pour un petit article sympa sur ROM ( quoi ?...mais non je ne leur fais pas de la pub...).